odes aux rivières du Québec

Ode 1 encres et pigment sur papier, 240 x 60 cm

ode 1, fin d'hiver sur le fleuve

Ode 2

Ode 2

Ode 3

Ode 3

Les chants de l’eau se communiquent aussi à travers une performance vocale et rythmique. C’est une vertigineuse descente dans le cours des images et des émotions qui surgiront à travers le flot de l’improvisation. C’est une invitation au lieu dit du passage étroit, Kepe:k, là ou les rives du fleuve se rapprochent et ou la traversée est encore possible. Laissant derrière nous les pressions géopolitiques et commerciales globalisantes nous rejoindrons sur l’autre bord une place intime et secrète ou l’être se déploie en amont de l’histoire telle qu’elle fut écrite. Cette performance serait donc la pratique d’un passage pour sortir des usages aliénants d’un monde qui nous empêche d’accéder à nous même. Sur cette voiture d’eau on s’entend nommer les affluents de la grande rivière d’images qui charrie l’histoire de notre sang; c’est la voix des conteuses et poètes du Québec.